Vous cherchez une formation

Post-bac ?

Découvrez aussi notre campus !

Nos tutelles

scroll

Les Soeurs de Saint-Joseph de Tarbes

Les Soeurs de Saint-Joseph de Tarbes

L’esprit de Dieu souffle où il veut… En 1841, il passe sur Cantaous, hameau du plateau de Lannemezan, inspirant simultanément à six jeunes filles du village de se consacrer à Dieu dans la vie religieuse. Dépourvues d’instruction, elles vont se former chez les Filles de la Croix. Elles reviennent cependant très vite à Cantaous, puisque les paroissiens, appuyés par le curé, ont proposé de les aider à construire un couvent.

Les six fondatrices participent avec les gens du village aux travaux et commencent leur vie en communauté le 14 août 1843, pour les premières vêpres de l’Assomption. Elles ont déjà une compagne, une voisine d’Escala.

Ces jeunes filles rêvaient d’une vie contemplative et cloîtrée. Mais les habitants de Cantaous les sollicitent pour créer une école et pour prendre soin des malades du village. Ainsi le désir fondateur d’être pour Dieu se traduit-il dès le début par la disponibilité aux appels du milieu. Le grain qui meurt porte du fruit… Trois ans et demi après la fondation, quatre fondatrices déjà ont donné leur vie jusqu’au bout. 

Les soeurs de Saint-Joseph dans le monde

Les soeurs de Saint-Joseph dans le monde

Ce qui n’empêche pas la congrégation de se développer, bien au contraire !

Les fondations se multiplient dans la région tandis que les sœurs bénéficient de l’aide des missionnaires de Garaison.

Depuis les débuts, Mgr Laurence veille sur la congrégation ; il lui donnera son nom : « Sœurs de Saint-Joseph de Tarbes ».

Profondément enracinée dans la terre pyrénéenne,  la Congrégation a pu laisser l’Esprit l’entraîner vers des terres lointaines. De Cantaous, les Sœurs sont parties pour l’Inde (1882), le Venezuela (1889), le Pérou (1892), la Colombie (1897).

Aujourd’hui, Tarbes et Cantaous sont des noms “connus” dans 15 pays et 719 Sœurs de Saint-Joseph continuent l’aventure missionnaire des six jeunes filles de Cantaous.

Les Filles de la Croix

Tutelle de l'école du Pradeau

Les Filles de la Croix

Tutelle de l'école du Pradeau

Lieu fondateur… le Poitou  garde toute la fraicheur de la vie de la Congrégation : l’escalier d’un presbytère, une grotte dans la nature, la poutre d’une vieille grange, une chaise basse pour mémoire de leur prière, sont les symboles-force des premières sœurs.
Cette expérience de Dieu les a appelées à demeurer dans une dimension forte de  prière,  à « sortir » pour éduquer les enfants et les jeunes,  ou pour accompagner les malades. 
Former à la foi, à la vie chrétienne, était une tâche, un  élan qui orientait leur projet.
Aujourd’hui, les sœurs continuent à « enseigner et guérir », à « soigner et instruire » par des présences simples dans les villages ruraux ou dans les banlieues des villes, les maisons de retraite, les foyers ou les aumôneries de jeunes.
Elles partagent, à partir de l’exercice de leur profession, en collaboration avec tous les collègues de travail, les angoisses et les souffrances de tant d’hommes et de femmes, tant d’enfants et jeunes qui attendent une écoute et une parole qui donnent du sens à leur vie.